Déconfinement et fermeture des plages. Les surfeurs gardent un espoir de pouvoir surfer le 11 mai

Alors que le premier ministre a annoncé que les plages resteront fermées au moins jusqu’au 1er juin, les réactions des surfeurs sur les réseaux sociaux se situent entre espoir et résignation.

Car comme lors de chaque discours lié au COVID-19, il subsiste un grand nombre de flous. Ainsi, si les plages seront fermées (donc pas de stationnement sur le sable), les activités de plein air seront quant à elles autorisées. Par extension, le surf pourrait être autorisé, à condition de ne pas stationner sur le sable. C’est l’idée du « surf & go » défendue par Guillaume Barucq, adjoint à l’environnement à la Ville de Biarritz, idée reprise jusqu’à la Fédération Française de Surf.

En effet, rien n’empêche la reprise du surf, d’autant que les afflux touristiques devraient être limités étant donné le périmètre à respecter de 100 kilomètres.

L’espoir reste donc de mise…

Une pétition en ligne pour demander l’accès aux spots

Une pétition circule et demande l’accès aux spots de surf dès le 11 mai. Elle a déjà récolté plus de 11 000 signatures. Pour la signer c’est ici !