COVID-19 et surf : c’est le pouvoir d’attraction des plages qui est dangereux

Sur facebook, le médecin-surfeur Guillaume BARUCQ a souhaité rappeler que dans « l’interdiction du surf » pendant le COVID-19, ce n’est pas le surf qui est propice à contracter la maladie. Cette interdiction a été mise en place afin d’éviter que les gens se rendent à la plage, se rassemblent sur le sable ou aillent surfer en masse.

Pour bien comprendre que ce n’est pas le surf ou le bain individuel qui est à risque sanitaire mais le pouvoir…

Publiée par Guillaume Barucq sur Jeudi 19 mars 2020

Il explique ainsi que : « Pour bien comprendre que ce n’est pas le surf ou le bain individuel qui est à risque sanitaire mais le pouvoir d’attraction des plages à cette saison qui entraîne fatalement rassemblements et déplacements, incompatibles avec les mesures de confinement.
Soyons tous solidaires et montrons l’exemple en respectant cette interdiction, même si le sevrage s’annonce difficile. »

#RestezChezVous